Les coulisses du Jubilé d'Or
Pères Gaby CRUGNOLA, François CARPENTIER, Jean LAMY

FleurSACERDOCE JUBILÉ D'OR
PÈRES OMI
Célébrations: ce dimanche 02 mars 2014 - Maison Yves Plumey - Yaoundé
Heure: 11:00
Gaby CRUGNOLA
Jean LAMY
François CARPENTIER
OMI Gaby Crugnola, Jean Lamy & François Carpentier
« Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; mais je vous appelle amis, parce que tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître »
(Jean 15, 15)
Fiore


Ecouter Extrait Homélie Père Raymond NANI, Provincial OMI

Berger Cameroun cadeau toupouri aux OMI jubilaires d'Or

Quelles sont les coulisses de cet événement d'Eglise ? Osant grand comme le monde, quelques jeunes en formation de la Maison Yves Plumey de Yaoundé partagent sur cette Page les coulisses du Jubilé d'Or de Sacerdoce célébré à Yaoundé, le 02 mars 2014. Ils exercent ainsi leur talent, leur créativité au service de la communication digitale. Il suffit de visiter leurs Blogs respectifs (signalés ici comme sources d'infos) pour s'en convaincre.

ARTICLES:

Haut


Un autre ton du jubilé d’or

(Pascal KIDARI, omi)

(04.03.14) - Un demi-siècle de service d’autel! Cinquante ans de fidélité à l’Eucharistie ! C’en était joyeusement consommé !

Famille toupouri YaoundéEn cet heureux 02 mars 2014, la maison Yves Plumey est de nouveau pleine d’allégresse. Car, il a plu aux jubilaires : Père Gaby, Père Jean et Père François de célébrer leur doux et gai demi-siècle de sacerdoce sous le regard stupéfiant de leurs jeunes petits frères, les scolastiques. C’est à cet effet que beaucoup de Toupouri  de la ville de Yaoundé ont accouru pour chanter l’action de Grâce à Dieu qui fit tant de merveille aux jubilaires en général et à Lamtoing (Père Lamy) en particulier.

En effet, pour avoir longtemps desservi les paroisses du pays Toupouri (Golompwi et Doukoula), dans l’extrême-nord camerounais, le Père Lamy a eu ce mérite d’être reconnu comme le seul et unique missionnaire par toutes les générations Toupouri de la localité et au-delà. Une telle circonstance de joie et de rencontre ne pouvait laisser indiffèrent un esprit qui sait remercier de venir chanter son allèle à Dieu.

Assistance danse toupouriIls sont venus de par toutes les rues de Yaoundé, qui d’un tambour, qui d’un bâton, le tout orné de leur tenue de chorale en la paroisse de Melen. Depuis la messe à la sortie de la chapelle du scolasticat, des gros coups de tambour inondaient la communauté en solennité et des You-yous arrachés des plus belles voix des dames venues pour la circonstance tonnaient au travers des vitraux. Des flutes sifflées à tue-tête attiraient la curiosité du quartier. C’était un venez-voir promis et réussi enfin.

La curiosité était au rendez-vous. Tous les anciens missionnaires de Golompwi et de Doukoula, inclus les stagiaires, ranimèrent leur expérience du peuple Toupouri. Gourdins à la main, comme il est de coutume chez ce peuple soudanais, du supérieur provincial au scolastique le plus maladroit possible, chacun à son niveau se donnait de la peine pour exécuter ce pas de danse compliqué et complexe.

Scolastiques omi au pas de danse toupouriLe rythme Waywa, Kaaran, Lélé et Gourna était du menu du jour. Il fallait se rattraper de tant d’années de nostalgie de la danse Toupouri avec tout son mystique sacré ou non. Des scolastiques, à force de vouloir suivre la cadence, trémoussaient en gambadant, pourvu qu’on y soit. D’aucuns d’eux battaient le tambour, d’autres jouaient à la flute jusqu’à l’heure où le crépuscule les envahissait de son pourpre.

Il a fallu qu’ils soient là, les Toupouri, pour donner un autre ton à la célébration dans la communauté Yves Plumey, pour soutenir les jubilaires et rappeler les beaux vieux souvenirs du Père Lamtoing de la culture Toupouri et enfin pour faire vivre tous les scolastiques de ce qu’ils ont souvent entendu sur la danse Gourna et Waywa. C’en est fait.

Comme pour donner un nouveau rendez-vous avec cette danse, on entendait dire au hasard: à quand encore cette belle et heureuse occasion !!! Une réponse se propose : il  nous faille des nouveaux jubilaires.

[Source info: http://pdegoing.blogspot.com/] Blog Pascal KIDARI

Haut


Témoignages du jubilé d’or de sacerdoce

(Arsene KOUTOUAN, PIME)

(1) Témoignage: (Monsieur NLAM Léonard / Paroisse Saint Raphael d’Oliga, Yaoundé)

Nlam Léonard(04.03.14) - La fête est organisée je dirais au siège des oblats de Marie Immaculée. Nos trois jubilaires sont aux yeux de la nouvelle génération un exemple à suivre et en même temps une fierté pour les aînés. 50 ans au service de Dieu ! Chose possible parce qu’ils ont cru et répondu à l’appel du Christ. Ils sont arrivés au Cameroun où il y avait une précarité matérielle accrue et la population vivait dans ses traditions, dans l’animisme. Comment faire pour amener ces peuples à abandonner leur vieille tradition ? À cette question, nos trois jubilaires ont trouvé la réponse. A leur époque, en plus de la prêtrise, ils étaient aussi des électriciens, des cultivateurs, des maçons, des infirmiers, des éleveurs.

Venus de l’Europe, ces trois pères ont pu s’adapter et mener à bien leur mission malgré le climat chaud, les cultures différentes, de nouvelles langues et même les maladies endémiques. Grosso modo, je salue leur persévérance, leur loyauté et leur fidélité envers leur communauté et l’Eglise. Que leur leçon soit pour nous laïcs ou futurs prêtres un enseignement et une motivation.

(2) Témoignage:

(Sœur Félicité / Sainte famille de Bordeaux)

Je suis très heureuse de cette action de grâce et je remercie le Seigneur pour ses merveilles à l’endroit de ses serviteurs. J’ai été marquée par la persévérance et le courage des pères, car la vie (la mission) n’est pas que rose. Mais malgré tout, ils ont tenu et ils célèbrent aujourd’hui leurs 50 ans de sacerdoce. Que la gloire soit rendue à Dieu !

Soeur Félicité

Père Iluku Toussaint

(3) Témoignage:

(Père ILUKU Toussaint / Missionnaire de Sacré-Cœur)

Je rends grâce à Dieu pour ses merveilles à l’endroit non seulement de nos trois pères jubilaires mais aussi de tous ceux qui, de prêt ou de loin, ont contribué à la réalisation de leur mission. C’est une grande joie et en même temps une interpellation pour mon ministère sacerdotal. Je salue leur grande humilité, leur esprit de sacrifice et de mission. C’est un grand témoignage pour tout le clergé africain et pour chaque chrétien.

(4) Témoignage:

(Père Mauricio / Missionnaire du PIME)

Je suis très content de cette fête jubilaire des Oblats de Marie Immaculée parce que, quand je suis arrivé à Touloum (Extrême-Nrd Cameroun), j’ai bénéficié de leur passion missionnaire. Leur vie missionnaire a été pour ma modeste personne source d’inspiration et d’encouragement. Que Dieu les bénisses abondamment !

Père Mauricio
Devo Igri Aimé

(5) Témoignage:

(AVI DEVO IGRI Aimé de la chorale Toupouri de la paroisse saint Paul de Melèn, Yaoundé)

Les Oblats sont venus vulgariser l’Evangile de Dieu dans la région du Nord qui était animiste à travers ces trois illustres pères. Ils ont montré le nouveau et meilleur chemin à suivre qui n’est pas la vie païenne mais plutôt la vie des enfants de Dieu. Grâce aux Oblats plusieurs Toupouri sont aujourd’hui chrétiens. Que la paix règne dans toutes les missions oblates !

[Source info: http://koutouanarsene.blogspot.com/] Blog Arsene KOUTOUAN

Haut


50 ans de sacerdoce ça se fête

OMI jubilaires Crugnola, Carpentier et Lamy

(Arsene KOUTOUAN, PIME)

(03.03.14) - Le dimanche 02 mars 2014, la chapelle du scolasticat Yves Plumey de Yaoundé a été prise d’assaut par de nombreux chrétiens catholiques. Ces fidèles chrétiens sont venus des quatre (04) coins du monde pour célébrer le jubilé d’or sacerdotal des pères François CARPENTIER, Jean LAMY et Gaby CRUGNOLA. Cette fête a débuté le samedi 01 mars avec les témoignages fortifiants et édifiants de nos trois illustres pères et s’est achevée le lendemain 02 mars. Le clou de la cérémonie était la célébration d’une messe solennelle qui a débuté à 11 heure avec pour célébrant principal le Provincial du Cameroun en la personne du père Raymond Pierre NANI accompagné d’une vingtaine d’autres prêtres dans une chapelle qui refusait du monde.

Danseurs danseuses rythme toupouri

Deux grandes chorales ont animé cette célébration eucharistique : la chorale des scolastiques de la maison Yves Plumey et la chorale Toupouri de la communauté du grand nord de la paroisse Saint Paul de Ndzong Melèn. Après la messe tous les convives se sont retrouvés sur l’esplanade du scolasticat pour exécuter quelques pas de danse du peuple Toupouri. Cette petite tribune de danse a été suivie de l’agape fraternelle. Puis l’apothéose avec encore la musique et la danse Toupouri. Notons que c’est dans la ferveur, la joie, la bonne humeur et la gaieté que s’est achevée cette belle fête jubilaire.

[Source info: http://koutouanarsene.blogspot.com/] Blog Arsene KOUTOUAN

Haut


Jubilé d’or sacerdotal d’un illustre serviteur

(Arsene KOUTOUAN, PIME)

Le Révérend père François CARPENTIER vit le jour en 1936. Le 08 septembre 1956, il fait sa première profession religieuse. Puis, le 05 avril 1964 à Solignac, il est  ordonné prêtre de Jésus-Christ. Il est originaire du diocèse de Lille, province de France Nord et il a eu pour pays de mission le Cameroun. Qu’en est-il de sa famille, de sa formation, de personnes (les saints) qui l’ont inspiré et de sa mission oblate ?

Ma famille

Jubilaire François Carpentier« Je pense que je suis né oblat et le Seigneur a préparé cela à travers ma famille », dit-il. Mon père était un croyant. Ma mère est issue d’une famille de dix enfants dont l’aîné est oblat de Marie Immaculée, évêque coadjuteur au Canada.

En 1946, nous sommes rentrés au Nord de la France ou nous avons connu la guerre alors que je n’avais que sept ans. Les bombardements étaient notre quotidien. Mais grâce au ciel, nous avons été préservés de tout danger.

Ma vocation doit ses racines à ma famille car, dès la petite enfance, j’ai été initié à l’amour de la prière. Les matins la prière était  individuelle mais le soir, c’était la prière familiale. On récitait chaque jour le chapelet avec les bras en croix pendant la dernière dizaine. Ces évènements m’ont beaucoup marqué. Et, à l’âge de 13 ans, après une communion j’ai entendu l’appel de notre Seigneur. J’ai aussitôt confié a mon oncle ce désir qui m’animait. En clair, je pense et je crois que le plus bel héritage que m’ont légué mes parents c’est la foi.

Ma formation

Avant de rentrer chez les oblats, je les connaissais vu que mon oncle était oblat. Ma première étape de formation religieuse était le noviciat. J’y garde un souvenir extraordinaire et merveilleux  en ce sens qu’on faisait tout ensemble. Aussi, malgré les modestes moyens du noviciat dans le temps, on était solidaire entre nous ; la preuve en est qu’on utilisait deux (02) bibles de Jérusalem pour 27 novices. De même pour le scolasticat mais cette fois-ci, avec un effectif de 120 scolastiques.

Chapeau jubilaire CarpentierJe n’ai pas trop aimé ma formation philosophique parce que je trouvais la philosophie abstraite. Par contre j’avais de l’admiration pour la théologie dans la mesure où  elle répondait à mas attentes. J’ai été en Egypte pendant 2 ans où je me trouvais parmi les musulmans. J’ai pu passer 2 heures de méditation dans le tombeau de notre Seigneur Jésus-Christ.

Les personnes (les saints) inspiratrices

J’ai été profondément marqué par Saint François d’Assise et Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus pour leur humilité, leur simplicité et leur dévouement pour la cause du Christ. Dans la famille oblate, j’ai beaucoup été inspiré par Bienheureux Joseph Gérard ; c’est à partir de son histoire que j’ai décidé d’être missionnaire en Afrique. J’ai été marqué aussi par notre fondateur Saint Eugène de Mazenod.
La formation

Le 12 mai 1964, je reçois ma première obédience pour le Tchad-Cameroun. Initialement nommé pour Sir à la montagne, je fus par la suite envoyé à la paroisse Sainte Anne de Yagoua grâce à mes talents musicaux. A Yagoua, j’ai pu apprendre la langue locale, le massa, et faire l’apostolat auprès des malades, des prisonniers en aumônier de la prison.

Après 20 ans, je reçois ma deuxième obédience pour la France où j’ai passé 4 ans et demi en tant que représentant de la province du Cameroun. Puis ma troisième obédience pour encore le Cameroun et par la suite je fus nommé aumônier diocésain de vocations, ce fut ma quatrième obédience. En 1995, j’ai été mis en plein temps pour les vocations oblates ; là j’ai, pu faire une expérience formidable. Et enfin ma cinquième obédience en tant que collecteur de fonds pour la province du Cameroun.

Père CARPENTIER

50 ans de vie aux services des pauvres
50 ans d’abandon total au Seigneur
50 ans dans les pas du Christ
50 ans de vie sacerdotale.

Que peut bien signifier le nom CARPENTIER ?

Consacré par
Alliance du
Rédempteur comme
Prophète et missionnaire de la sainte
Eglise catholique. Ta
Notoriété sera un exemple a cause de ton
Témoignage et de ton
Ingénuité dans
L’Enclos du
Ressuscité.

[Source info: http://koutouanarsene.blogspot.com/] Blog Arsene KOUTOUAN

Haut


Les bergers d’or

Gratitude pères OMI jubilaires

(Mark UJU, omi)

(03.03.14) - Dimanche le 02 mars 2014 était un jour béni, et extraordinaire dans  l’histoire de la province oblate du Cameroun. C’était avec une joie immense que la province a fêté le jubilé d’or de trois de ses membres. Au cours de cette fête magnifique,  ces pères d’or ont reçu  le titre des bergers de la part de la communauté toupouri. Ce même peuple ayant présenté avec joie la danse toupouri  qui est en fait une danse  de victoire, a offert trois cadeaux principaux qui sont très symboliques aux pères jubilaires. Ces objets symboliques sont : le bâton, le chapeau et la gourde. Le bâton permet au berger de se défendre contre des attaques  de l’extérieur ; la gourde l’aide à se désaltérer et le chapeau lui permet de voir plus loin tout en le protégeant contre le soleil et autres choses. 

Gâteaux jubilaires Bergers d'or OMI

Les pères d’or ayant travaillé joyeusement  auprès de ces gens leur ont montré que l’oblat est essentiellement le berger du peuple de Dieu.  Le bon berger est persévérant, charitable et consolant. Il n’est pas discriminateur. Il est pour les gens le visage amoureux du Christ. Le bon berger est encourageant, il est pacifique et réconciliateur. Il est docile et patient. C’est sans doute ces qualités de bon berger que le peuple toupouri a vues dans la vie de ces pères qui lui ont permis de leur donner ce titre si magnifique et interpellant de berger. Ces bergers d’or ont persévéré dans des missions si difficiles à cause de l’amour inconditionnel du Christ.

[Source info: http://ujumark.blogspot.com/] Blog Mark UJU

Haut


Gaby CRUGNOLA, 50 ans au service de l'évangile

Jubilaire Gaby Crugnola

(Jean Charmant KUSWANGANA, omi)

(03.03.14) - Grande est la joie dans toute la province oblate du Cameroun en ce jour où trois de ses membres célèbrent leur jubilé d'or de sacerdoce. Il, s'agit des pères François CARPENTIER, Jean LAMY et Gaby CRUGNOLA. C'est ce dernier qui a intéressé notre regard durant ce jour de fête, et nous pensons reproduire ici les grandes étapes de sa vocation et de sa vie.

Le père Gaby est né en 1936. Des parents italiens, le père Gaby est né et a grandi en France. il est deuxième d'une famille de 6 enfants dont 3 filles et trois garçons. Le père Gaby a eu sa vocation dès son jeune âge grâce à sa maman qui lui parlait souvent de ses deux tantes maternelles missionnaires en Egypte. Dès lors, Gaby prend aussi l'initiative de devenir prêtre missionnaire comme ses tantes. Guidé par son curé de paroisse, il entre au Petit Séminaire de Strasbourg où il découvre, en lisant un article sur la mission des Oblats au pôle Nord dans une revue,  la congrégation des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée. Il entre donc chez les Oblats, y fait toute sa formation et est ordonné prêtre le 19-Mars-1964.

OMI Jubilaires de sacerdoce

Que retenir du Père Gaby 50 ans après?

Après son ordination sacerdotale, le père a travaillé quelques années comme professeur de Latin au Petit Séminaire de Strasbourg avant d'être envoyé encadrer les scolastiques Oblats de Strasbourg; juste après, le père Gaby est envoyé en mission au Cameroun, notre chère province, où il va commencer sa mission dans le Nord à Maroua chez les "Matal" dans le secteur de Mora;  par la suite il a été tour à tour curé des paroisses Saint Jean (Maroua), Cathédrale de Garoua; il a également travaillé dans l'œuvre oblate avec les enfants de la rue, il a été trésorier provincial et "acting Provincial", formateur, etc.
 Après avoir écouté les témoignages de ceux qui ont travaillé avec le père Gaby, nous pouvons dire du père qu'il a été et est un très bon exemple pour ceux qui lui avaient été confiés. Nous relevons ici quelques points de vue de ceux avec qui il a travaillé:

"Le père Gaby a été un très bon formateur pour moi, je retiens de lui comme économe du scolasticat: la franchise, l'honnêteté et surtout la clarté dans les comptes", disait le père Raymond NANI portant témoignage sur la personne du père Gaby.

[Source info: http://jcharmantkus.blogspot.com/] Blog Jean Charmant KUSWANGANA

Haut


50 ans de sacerdoce du Père Jean LAMY

Chapeaux jubilaires OMI

(Etienne OMDEL, omi)

(02.03.14) - C’est  avec le Père François CARPENTIER et le Père Gaby CRUGNOLA que le Père Jean LAMY a célébré en ce dimanche 02 mars ses 50 ans de sacerdoce. En vue d’enrichir les jeunes en formation de leurs différentes expériences, les trois Pères ont choisi la Maison Yves-Plumey (scolasticat international) à NKOLBISON dans la ville de Yaoundé. C’est aussi une joie inexprimable pour eux de fêter parmi les jeunes.

La veille de la fête  a été l’occasion de partager des expériences avec les jeunes. La messe du jour de la fête a été célébrée par le Père Raimond NANI, provincial des Oblats de la province du Cameroun. Et ont pris part à cette grande célébration plus de 250 invités sans compter ceux qui se sont invités. La messe est suivie immédiatement d’un moment de la danse toupouri exécutée par la communauté toupouri. En effet, le Père Jean LAMY a un grand attachement au peuple toupouri. Il  se réclame « toupouri ». C’est pour quoi il se fait appeler « LAMTOÏNG » qui est un nom des initiés toupouri. Enfin vient le moment de partage de repas fraternel. Au cours du repas, des cadeaux ont été offerts aux Pères jubilaires.  La cérémonie jubilaire commencée à 11h00 s’est achevée à 16h00.

OMI cadeaux jubilairesPère Jean Lamy

Dans une interview accordée au Père LAMY à l’occasion de cette célébration, sans cesse revenait à ses lèvres cette parole :

Je suis un serviteur heureux. Je suis heureux d’être un instrument du Seigneur car, il m’a consacré et m’a envoyé proclamer sa Bonne Nouvelle et c’est ce que j’ai fait. Tout ce que j’ai eu à faire ne relève pas de mes propres forces, mais je me suis fait instrument du Seigneur. Il en a fait bon usage et je suis heureux. […]J’ai oublié beaucoup de souvenirs à cause de mon âge mais je suis heureux. Car le Seigneur m’a appelé et les Oblats de Marie Immaculée m’ont accueilli ; j’ai travaillé jusque aujourd’hui pour ceux qui m’ont été confiés.

[Source info: http://omdeletienne.blogspot.com/] Blog Etienne OMDEL

Haut


Célébration du jubilé d’Or des 50 ans de sacerdoce du Père Jean LAMY (1964-2014)

Jubilaire Jean Lamy

(Etienne OMDEL, omi)

(02.03.14) - Le Père Jean LAMY célèbre ses 50 ans de sacerdoce ce dimanche 02 Mars 2014. Qui est  le Père Jean LAMY ? Nous ferons une présentation brève de sa vie en famille, sa vocation et sa mission comme Oblat de Marie Immaculée.

Vie en famille

Le Père Jean LAMY est né le 07 juin 1935 en France.  Issu d’une famille chrétienne, il a reçu une bonne formation à la vie chrétienne et intellectuelle. Benjamin d’une famille de huit enfants, il dit « j’étais l’enfant gâté et j’ai bénéficié de l’expérience de tous mes ainés ». Fort de cette formation chrétienne, dès l’âge de 10-12 ans, le Père a exprimé à ses parents son désir de devenir un jour prêtre. Sa mère exaltait de joie du désir de son enfant tandis que son père disait : « mon petit Jean, crois-tu que le Bon Dieu  viendra un jour prendre un prêtre dans une famille de paysans ? Certainement pas ! »

Sa vocation

Quelques années après ces études primaires, il est entré au petit séminaire où il a fait ses études secondaires premier cycle et deuxième cycle (de la 6ème en Terminale).  Ce n’était qu’après son Bac qu’il est entré au noviciat des Oblat de Marie Immaculée en 1955 où il a fait ses premiers vœux le 08 septembre 1956 près de Montereau. Après son noviciat, il est parti à Solignac pour ses études philosophiques et théologiques qui ont été marquées par les vœux perpétuels en 1962 et l’ordination presbytérale le 05 avril 1964. Le jour de son ordination sa mère lui soufflait à l’oreille : « c’est le plus beau jour de ma vie ».

Vie missionnaire

Comme jeune prêtre, le Père Jean LAMY  a reçu du Supérieur Général des Oblats sa première obédience pour Tchad-Cameroun. Ayant foulé le sol camerounais le 01 janvier 1965 à Douala, le Père est parti à GOLOMPWI dans l’Extrême-nord du Cameroun au pays Toupouri. Il a passé 17ans avec le peuple Toupouri. « Mon souci quotidien  était d’être proche des jeunes pour mieux les connaitre, les comprendre et cheminer chaque jour avec eux », disait le Père.  C’est ainsi qu’il a fondé en 1971 la Fraternité Sainte Thérèse  dans l’objectif de prier avec les jeunes, les rassembler, les écouter, les conseiller, leur proposer des activités dans leurs villages et leur parler de la vocation sacerdotale. Malheureusement la Fraternité Sainte Thérèse a disparu avec le départ du Père. Toutefois, le plus beau souvenir qui lui restera toujours gravé dans son cœur est que parmi les jeunes qu’il encadrait, l’un d’eux voulait devenir prêtre comme lui. Et aujourd’hui ce jeune est non seulement prêtre mais Archevêque de Douala.  Il s’agit de l’actuel Archevêque de Douala : Samuel KLEDA. Mgr Samuel KlEDA est pour lui un fils unique, c’est pourquoi il dit « Attention ! Celui qui touche à Samuel, aura à faire à moi-même ».

Après Golompwi, il a reçu respectivement d’autres obédiences dans la province :

[Source info: http://omdeletienne.blogspot.com/] Blog Etienne OMDEL

Haut


Le partage des pères d'ors

(Mark UJU, omi)

(02.03.14) - L’impact du milieu éducatif sur le développement de la vie spirituelle et sociale des pères d’ors. En cette année de la première phase du triennium oblat centrée sur la communauté Panel jubilaire missionnaire omiapostolique, la Province oblate du Cameroun, à travers la communauté du scolasticat, célèbre  le jubilé d’or de sacerdoce de trois oblats de ladite Province. Il s’agit des pères: Gaby Crugnola, François Carpentier et  Jean Lamy.

Le partage  de nos Jubilaires sur leur vie familiale, vocationnelle et missionnaire, ce samedi 1er mars, a fait que le lancement de cette fête ait un élan formidable et extraordinaire. Un élément à souligner  qui revenait presque toujours de la bouche de ces pères d’ors est l’impact du milieu éducatif sur leurs personnalités. En effet, le père Gaby Crugnola a été très reconnaissant envers sa mère disant que le fondement de sa vie missionnaire lui est venu de la foi de sa mère. Il a été aussi reconnaissant vis -à- vis de son papa en affirmant qu’il a appris de lui l’amour du travail bien fait et  l’honnêteté. Pour le père Jean Lamy, ses parents lui avaient assuré une très bonne éducation et formation chrétienne très riche  et fortifiante. Il a appris dans sa famille l’amour de la prière et de la lecture priante de la Parole de Dieu. Le père François Carpentier avait aussi chanté l’éloge de sa famille en disant qu’une des choses la plus importante qu’il a héritée de sa famille est le don d’une profonde foi. Une foi qui même aujourd’hui le  fortifie encore. Il doit la croissance de sa foi  d’enfance à la  prière active et constante du soir, la récitation du chapelet, la participation active et fréquente à la messe dominicale et le pèlerinage marial.

Jubilaires Gaby, François et JeanD’après ce partage privilégié des jubilaires, nous constatons  que la famille est un milieu favorable où la  formation spirituelle et sociale d’un jeune doit commencer. On apprend à l’enfant à devenir homme adulte. Les trois pères ont reçu le support et l’encouragement de leurs familles respectives avant, durant et après leur formation première. Il est donc question de reconnaitre et de louer ce rôle fondamental et indispensable que la famille joue dans la société.

Le noviciat et le scolasticat. En plus de l’impact de la famille dans la croissance de la spiritualité des pères d’ors, il y a un autre cadre où ils ont reçu une formation de qualité chez des hommes de qualité: celui du noviciat et  du scolasticat. Le père Gaby  affirmait que ses années de formation au scolasticat ont été pour lui des moments privilégiés qui lui ont permis de se construire en vue d’une mission difficile. Il a aussi grandement apprécié le service militaire qu’il a eu à faire durant ses années de stage. Le père François a gardé de son noviciat un souvenir extraordinaire. La même chose pour le père jean : ses années  de formation ont été marquées par l’obédience à la volonté de Dieu. Il s’est  laissé former aux vertus. Bref, ce qu’ils sont aujourd’hui  est le résultat de l’éducation reçue tant en famille que dans les maisons de formation.

[Source info: http://ujumark.blogspot.com/] Blog Mark UJU

Haut


A fraternal and facinating welcoming reception

Invitation

(Mark UJU, omi)

(2014.03.01) - It was with a heart filled with joy, peace, happiness and gratitude to God the Almighty Father that the formators and scholastics of Yves plumey’s formation house Yaoundé welcomed the members of the community of the oblate missionary center (C.M.O) Ngaoundéré on the occasion of the preparation of the golden jubilee celebration of three of our oblates brothers namely: Rev. Fr. Gaby Crugnola, Rev. Fr. François Carpentier and Rev. Fr. Jean Lamy, which will be coming up on the 2nd day of March 2014.

Gaby Crugnola & Jean LamyWelcoming reception

The members of the C.M.O community, having arrived the formation house on the 28th day of February 2014, received a fascinating and tremendous reception which was reserved for them by their confreres. While expressing his heart felt joy, Rev. Fr. Jean Lamy affirmed “I am very happy for the fact that I am being received fraternally in this community while our future priests and their formators reside.” Embracing Fr.Gaby Crugnola, the above mentioned priest continued: “o! Gaby! I am very happy that you are happy. I have known you as a happy man ever since our novitiate.”  It was in this some atmosphere of joy that Rev. Fr. Thomas Mbaye, the superior of the house while welcoming his guests, served them formidably and welcomed them officially on behalf of the entry community.

[Source info: http://ujumark.blogspot.com/] Blog Mark UJU

Haut


Symboles Chapelle Maison Yves Plumey

Haut

© Août 2012 Omicameroun.com: Site officiel des missionnaires O.M.I. - Province du Cameroun - Webmaster Contact